Get your ticket

Community Updates

Voix de la communauté: mobiliser pour les droits des femmes au Maghreb

Anglais

La série “voix de la communauté” célèbre le travaille de notre communauté RightsCon qui se constitue d’organisations de la société civile, des gouvernements, des entreprises, des défenseurs des droits humains et des startups en préparation avant, pendant et après la conférence.

MRA Mobilising for Rights Associates est une organisation internationale à but non lucratif qui travaille pour la promotion des droits des femmes en Afrique du nord depuis 2000. Basée à Rabat au Maroc, l’organisation collabore avec des activistes et associations locaux qui défendent les droits des femmes au Maroc, en Tunisie, en Algérie et en Libye pour que les femmes puissent en jouir pleinement de leurs droits humains et juridiques.

D’après Stephanie Willman Bordat, co-fondatrice de l’organisation, l’ONG adopte une approche globale dans le but de contribuer aux changements des lois, des structures et des relations qui régissent les femmes au Maghreb, en particulier celles liées aux violences faites aux femmes. L’organisation s’appuie sur un réseau diversifié de partenaires qui inclut non seulement des femmes situées dans des zones défavorisées et mal desservies telles que  les bidonvilles, les villages ruraux et les quartiers urbains populaires mais aussi des coalitions opérant au niveau international, ce qui leur confère un impact au niveau local et au niveau global. Pour cela, l’association emploie de nombreuses stratégies, dont l’éducation populaire aux droits humains, l’accompagnement juridique, le monitoring et documentation, la recherche-action, les litiges stratégiques des réformes législatives nationales, et le plaidoyer international pour promouvoir l’exercice par les femmes de leurs droits fondamentaux.

Depuis leur début, l’organisation a mis l’accent sur la capacité de la technologie de faire progresser les droits des femmes. En 2000, au moment où les cybercafés ont été introduit au Maroc, l’organisation a saisi l’occasion pour intégrer l’utilisation de l’internet et des emails dans leur travail de plaidoyer. Cela s’est traduit par une série d’ateliers innovateurs appelés   “Wired for Women’s Rights”. Ces derniers ont offert des formations techniques inédites dans leur contenu et l’endroit où ils ont eu lieu – les cybercafés qui restaient un espace dominé par les hommes. Le succès des ces premiers efforts  dans la promotion active de la culture numérique des femmes reste une force directrice pour l’organisation, qui continue de plaider en faveur de l’accessibilité et de l’inclusion des dernières innovations numériques.

Alors que la technologie numérique peut servir d’outil pour améliorer la vie des groupes marginalisés, y compris les femmes et les filles, l’accès inégal signifie que celles qui ne sont pas connectés font face à l’exclusion off-line et on-line. D’ailleurs, les espaces numériques deviennent de plus en plus utilisés pour infliger et amplifier les violences faites aux femmes.

Consciente de ces défis, l’organisation a mis en oeuvre une initiative pour réaliser une recherche “action sur les violences facilitées par la technologie faites aux femmes au Maroc.”  MRA, en collaboration avec sept autres organisations marocaines entreprend des entrevues, des groupes de discussion et un sondage électronique avec le but de comprendre les expériences des femmes et les réponses sociales aux victimes des violences facilitées par la technologie faites aux femmes.

Ce projet de recherche-action ambitieux et crucial était lui-même le produit de la participation de l’association lors de la dernière Conférence RightsCon à Toronto en 2018 où l’organisation a été inspirée par «des panélistes et conférenciers du monde entier qui ont abordé ce problème émergent.» Après avoir assisté à des séances et  panels au sujet des violences facilitées par la technologie faites aux femmes à RightsCon, MRA  a reconnu la nécessité de sensibiliser davantage le public marocain et d’améliorer la réponse de l’Etat face à cette forme de violence et s’est mise à partager leur expérience de RightsCon avec des partenaires locaux pour pouvoir collaborer dans cet objectif.

Les plus grands succès de l’organisation jusqu’à présent furent réalisés de manière cumulative et au fil du temps, ce qui est conforme à l’approche holistique de MRA. La transformation des normes sociales, des comportements et des lois est un processus.Mme. Bordat souligne la façon dont les relations et les hiérarchies de pouvoir entre les populations locales, les ONG et des acteurs publics ont évolué avec le temps. Ceci est démontré par la législation introduite en 2018 au Maroc, qui a érigé en infraction certaines formes de violence faites au femmes ainsi que par la tendance croissante des élus qui sollicitent l’avis des acteurs de la société civile sur les questions concernant les droits des femmes.

Les succès de MRA illustre le rôle essentiel des technologies de l’information et de la communication dans l’avancement des droits des femmes et dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Néanmoins, l’organisation et ses partenaires font face à divers enjeux, notamment la mise en oeuvre insuffisante des lois et l’absence de mécanismes de responsabilisation et protection adéquates, ainsi qu’un manque de transparence et de réponse suffisante par l’Etat. Des questions structurelles, telles que la rémanence de la fracture numérique et les inégalités régionales et au niveau du développement compliquent davantage leurs efforts. En s’appuyant sur les TIC, l’organisation s’évertue à combler ces lacunes pour assurer que la voix des femmes vivant dans des zones reculées sont entendues, et cultive un réseau de partenaires à travers le région afin de de renforcer la position des femmes et défendre leurs droits humains.

Dans l’attente de RightsCon Tunis, Mme. Bordat envisage la conférence comme une occasion pour les activistes issus d’autres régions du monde à mieux comprendre le contexte régional et ses défis afin de soutenir plus efficacement les acteurs locaux. Elle espère que la conférence exposera les individus et les associations venant d’autres régions à des problèmes et des stratégies en matière de droits numériques. Elle conçoit aussi que l’intégration du français et de l’arabe dans les sessions RightsCon facilitera une intégration linguistique accrue du mouvement des droits numériques.

Pour en savoir plus sur le travail de MRA Mobilising For Rights Associates, vous pouvez visiter leur site Web.